Lousonna est le vicus de Suisse dont on connaît le mieux l’extension, grâce aux fouilles de l’autoroute N1 Genève-Lausanne au début des années soixante en particulier.

C’est en 16/15 av. J.-C., lorsque le territoire de la Suisse actuelle est intégré à l’Empire romain, que le vicus commence à se développer.
Un réseau de rues se met en place. Les premières maisons sont érigées dans la partie centrale du vicus, construites en terre et bois. On ignore la forme qu’avait la place et les édifices publics dans cette première période d’existence du vicus.
Le forum tel que l’on peut visiter de nos jours sur la Promenade archéologique prend forme dans le second quart du 1er siècle de notre ère. La basilique, bâtiment à vocation commerciale, juridique et administrative est édifiée à ce moment-là. De lieux de culte sont également construits dans le secteur, sans qu’on connaisse précisément leur chronologie.
Dans le dernier quart du 1er siècle, après une période politiquement troublée marquée par le passage sur le sol helvète de nombreuses troupes envoyées aux confins nord de l’Empire, Lousonna connaît un fort développement: le commerce s’intensifie, les innovations technologiques romaines – maçonnerie, sols en mortier, systèmes d’égouts, chauffages par le sol – se répandent.
Le territoire helvète vit ensuite une période de paix et de prospérité pendant tout le 2e siècle. Dans les campagnes comme dans les villes, l’empreinte de Rome se fait de plus en plus marquée. Lousonna n’échappe pas à ce phénomène, comme en témoignent pièces chauffées, mosaïques et peintures murales aménagées au 2e siècle.
La période d’instabilité politique qui s’installe au tournant du 3e siècle appauvrit villes et campagnes et marque en particulier le déclin des agglomérations secondaires dont la prospérité dépendait des échanges commerciaux.