« LAUSANNE ANTIQUE »

« LAUSANNE ANTIQUE »

La Promenade archéologique de Lousonna-Vidy fait peau neuve

Venez (re)découvrir le parc archéologique de Lousonna dans ses nouveaux atours: panneaux entièrement renouvelés, mosaïque restaurée, marquage au sol reliant Musée romain, mosaïque et parc archéologique, et d’autres nouveautés encore. Et pour compléter votre visite, l’App de visite www.lausanneantique.ch est d’ores et déjà disponible, et va encore s’enrichir de nombreux contenus.
Sans parler de l’oeuvre d’art « Horizons Lousonna » d’Etienne et Fabien Krähenbühl nouvellement mise en place dans le bassin de la Promenade – ou quand des bois millénaires reprennent vie au milieu de ruines tout aussi anciennes.
Pour en savoir plus: « Devenus art, de pieux vestiges font revivre Vidy« , article de E. Le Bec dans le 24 Heures du 22 juin 2019.
Le site est accessible en bus, grâce à la toute nouvelle ligne 24 des t-l, arrêt « siège du CIO ».
Un projet réalisé avec le soutien de la Loterie romande, de la Göhner Stiftung, de la Fondation UBS pour la culture et de la Ville de Lausanne.

MÉMOIRE VIVE

Durant de nombreuses années, la revue annuelle Mémoire Vive a proposé divers articles sur un même thème, émanant des différentes institutions culturelles historiques et archéologiques de Lausanne et sa région: association Mémoire de Lausanne, association Pro Lousonna, Archives de la Ville de Lausanne, Musée historique, Musée romain de Vidy.
La revue était éditée avec le soutien de la Ville de Lausanne.
Le rapport annuel de l’Association y était disponible.
Cette revue de très belle qualité, richement illustrée, était offerte à tous les membres de Pro Lousonna.

Malheureusement, faute de forces et de moyens, la Revue a été contrainte de s’arrêter. Le dernier numéro paru est celui de 2015 – portant sur l’année 2014.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2019

La dernière assemblée a eu lieu le mardi 28 mai 2019 à 18h à l’aula du Palais de Rumine (3e étage).

Elle a été suivie d’une passionnante conférence sur « L’archéologie de la Grande Guerre », par Yves Desfossés, Conservateur régional de l’archéologie en Champagne-Ardenne, spécialiste de la Grande Guerre.